Accueil - Jiddu Krishnamurti et son enseignement. - Citations

Qu’appelons-nous un problème sexuel ?



Qu’appelons-nous un problème sexuel ? Est-ce l’acte ou est-ce une pensée se rapportant à l’acte ? Ce n’est pas l’acte lui-même, lequel n’est pas un problème pour vous, pas plus que manger ; mais si vous « pensez » à manger ou à l’acte sexuel toute la journée, du fait que vous n’avez pas autre chose à faire, cela devient un problème pour vous. C’est le fait d’y penser qui constitue le problème. Et pourquoi y pensez-vous ? Pourquoi construisez-vous tout un monde pour entretenir cette pensée avec vos cinémas, vos périodiques, vos récits, vos modes féminines ? Pourquoi l’esprit est-il si actif dans cette voie ? Pourquoi pense-t-il à vos besoins sexuels ? Pourquoi cette question est-elle fondamentale dans vos vies ? Lorsque tant de choses appellent, sollicitent notre intérêt, vous accordez toute votre attention à des pensées se rapportant au sexe. Et qu’arrive-t-il lorsque vos esprits sont absorbés de cette façon ?

En somme l’amour physique est la dernière évasion, n’est-ce pas ? C’est la voie vers le complet oubli de soi. Elle offre quelques moments d’absence et il n’y a pas d’autre façon de s’oublier, car, par ailleurs, tout ce que l’on fait dans la vie ne peut qu’amplifier, renforcer le moi. Vos affaires, vos religions, vos dieux, vos chefs, vos théories politiques et économiques, vos évasions, vos activités sociales, vos adhésions à des partis, tout ce que vous faites renforce le moi. Et comme il n’y a qu’un acte qui ne mette pas l’accent sur le moi ; il devient un problème car vous vous accrochez à cette voie de l’ultime évasion. Les quelques instants de complet oubli de vous-mêmes qu’elle vous offre sont les seuls où vous soyez heureux.

Tout le reste, tout ce à quoi vous touchez devient cauchemar, source de souffrances et d’angoisses ; alors vous vous accrochez à l’unique possibilité d’oubli, oubli que, vous appelez bonheur. Mais sitôt que vous vous y accrochez, cette voie devient un cauchemar elle aussi, car vous voulez vous en libérer, vous ne voulez pas en être esclaves. Alors vous inventez - c’est toujours l’esprit qui travaille - l’idée de chasteté, de célibat, et vous essayez le célibat, la chasteté, en refoulant, niant, méditant, en faisant toutes sortes de dévotions, ces opérations étant entreprises par l’esprit afin de débrayer de la réalité. Cela encore met l’accent sur le moi qui essaye de « devenir quelque chose », et vous revoilà pris dans la ronde du labeur, des tracas, des efforts, des souffrances.

J. Krishnamurti
La première et dernière liberté
Questions et réponses : sur le problème sexuel (p. 216-217)



Citation précédente
Citation suivante


  Connexion adhérent Accès adhérents | Espace privé | Plan du site | Références du site